Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Silence, je cause ! Le blog du petit mouton noir qui faisait bêê bêê et que personne ne voulait écouter

Totto-Chan, la petite fille à la fenêtre

15 Décembre 2008 , Rédigé par Le-mouton-noir Publié dans #La bibliothèque du mouton

Témoignage d'une éducation différente dans le Japon des années 40.

heu, normalement, il doit y avoir une zoulie image du livre, ici ? vous la voyez pas ? En effet, c'est pas normal !
J'ai lu il y a quelques mois ce livre,  "Totto-chan, la petite fille à la fenêtre" qui est un roman autobiographique de littérature japonaise écrit par Tetsuko Kuroyanagi.  (Disponible en livre de poche en Français.)

Très facile à lire, à la portée des enfants, mais pas ennuyeux aux adultes pour autant, ce petit livre décrit par épisodes, la vie d'une école pas comme les autres : Tomoe.

Renvoyée de son école, Totto-Chan, la petite fille du premier niveau primaire (son âge n'y est pas mentionné à mon souvenir, je suppose qu'elle a entre 5 et 7 ans), insupportable, indisciplinée, distraite, incapable de s'intégrer dans l'enseignement très rigide japonais (et dans les années 40, imaginez un peu !) se retrouve alors dans cet école différente, créée par son directeur, qui aime chaque enfant comme un père, et prend avec patience le temps de l'écouter.

Les classes d'une dizaine d'élèves maximum se fond dans les anciens wagons d'un train, où ils peuvent chacun travailler leurs matières à leur rythme, et ... dans l'ordre qui leur plaît.  Le professeur ne semble être là que pour répondre à leurs questions si besoin est !  Quant à l'ordre des places, il n'est pas établie d'avance, chaque matin, chaque élève se place à côté de qui il souhaite.

L'après-midi quant à lui, est réservé aux promenades, jeux, et découvertes en tout genre.

Et tout est prétexte pour instruire les enfants, comme, par exemple, leur faire cultiver leur propre lopin de terre avec un fermier du village.

Diverses activités ont lieu en mélangeant les groupes d'âges différents, et les enfants handicapés y sont accueillis comme les autres. Au cours de musique, les enfants tracent les notes à la craie ... sur le parquet !  Pas grave, le parquet, ils le nettoient ensuite à la fin du cours, comme un rituel ...   Et au cours de " rythmique" , chacun danse comme il le souhaite même si ça ne ressemble à rien !

Chose étonnante, les enfants ont le droit de grimper aux arbres, de nager nus dans l'étangs, ou même de vider la fosse septique à la recherche d'un objet perdu dans les toilettes !

Là où toute personne raisonnable aurait interdit aux enfants pareilles choses, par désir légitime de les protéger, le directeur lui, tout en les surveillant du coin de l'oeil les laissent faire leur propres expériences et en tirer eux-mêmes les conclusions qui s'imposent.

Il se dégage de la lecture de ce petit livre un parfum de candeur enfantine, aussi doux que l'illustration de sa couverture. Ha, comme ils ont l'air heureux les enfants !

Une atmosphère plus que familiale se fait sentir dans cette école, en fait, on a pas l'impression que ce soit vraiment une école ... d'ailleurs elle porte le nom de "groupe scolaire".

Un parfum de tristesse aussi car l'histoire s'achève sur le bombardement de Tomoe durant la seconde guerre mondiale et plus jamais pareille école ne l'égalât, ni en méthode ni en résultat : pas le résultat de faire des ces enfants de grands ingénieurs (ce qu'ils sont pour la plupart devenus !) mais d'en faire avant tout des hommes et des femmes à visage humain et bien dans leur peau.

Là où Totto-chan serait devenu un cas difficile, en marge de la société, déjà rejetée des autres à 5-6 ans, l'amour d'un directeur et de son école différente la transforma d'une manière spectaculaire !

à méditer !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

calaboum 08/04/2009 14:57

ce qui tend à confirmer ce que je pense au sujet de la société et des différences entre les hommes: si les hommes sont différents, rendus différents par la vie, ce n'est pas seulement à eux de s'adapter, mais à la société aussi de chercher les richesses intérieures de ces hommes. celles qui les font uniques, importants, précieux aux yeux de leur monde ou du monde...

GeorgesDelaJungle 24/03/2009 21:30

Ca a l'ai pas mal, je vais essayer de le lire, je donnerai des nouvelles..